Le diabète concerne aujourd’hui pas moins de 3,5 millions de personnes en France. C’est une question centrale pour la santé publique qui mène bon nombre de recherches afin de faire diminuer les risques de décès liés à cette maladie.

Et si la musculation faisait partie de ces solutions ? Depuis plusieurs années, il a été largement démontré que la pratique d’une activité d’endurance permettait une meilleure sécrétion d’insuline. Aujourd’hui, deux études montrent que la musculation peut également aller en ce sens…

Le diabète, c’est quoi exactement ?

Pour comprendre cette maladie, il faut s’intéresser à l’assimilation du glucose par l’organisme. Autrement dit, le diabète est le résultat d’un problème de stockage du sucre dans le sang.

Notre alimentation nous apporte des lipides (graisses), des protides (protéines animales ou végétales) et des glucides (sucres). Lorsque l’on consomme des glucides, notre corps réagit pour les transformer en glucose. C’est ici que le problème commence. Un organisme « sain » va alors sécréter de l’insuline pour régler le taux de sucre dans le sang alors que l’organisme diabétique ne va pas savoir quoi en faire.

L’insuline est une hormone du pancréas qui permet à l’organisme de produire de l’énergie. Cette insuline dirige le glucose vers les muscles mais aussi vers les tissus afin qu’il y soit stocké. Au fur et à mesure de ce stockage, le taux de sucre dans le sang va alors diminuer pour retrouver un niveau normal. Lorsque ce processus ne fonctionne pas, c’est à dire quand le niveau de sucre ne diminue pas, on évoque alors le diabète.

« Chez les personnes souffrant d’un diabète (de type 2), le risque de subir un problème cardiovasculaire est multiplié par 4… Or, nous avons découvert qu’après une seule séance de musculation, la fonction cardiovasculaire s’améliorait, ce qui réduisait considérablement les risques. C’est un sport que chacun peut pratiquer, et qui ne demande pas un gros investissement financier. »

Jonathan Little – Prof. à l’Université British Colombia

L’hygiène de vie est le maître-mot du diabète. Pour éviter les effets indésirables et les complications, l’hygiène de vie du diabétique doit être irréprochable, ou simplement plus saine qu’un individu lambda. Ainsi, l’exercice physique régulier est considéré pour le diabétique comme un véritable traitement dans la mesure où il permet de réduire son taux de sucre dans le sang.

Et le sport la dedans ?

Pour le diabétique, l’exercice physique quel qu’il soit fait partie intégrante du traitement de sa maladie. L’activité physique permet d’améliorer la sensibilité des cellules à l’insuline et diminue ainsi le risque de diabète.

La musculation comme tous les autres sports vont amener l’organisme à utiliser le glucose stocké dans les muscles et les tissus adipeux de notre corps. Cette consommation va permettre de faire baisser le taux de glycémie dans le sang.

Dans une première étude réalisée par l’Université d’Harvard entre 1990 et 2008, des chercheurs ont mis en évidence que la pratique régulière de la musculation permettait de réduire de manière significative le risque de développer la maladie. L’étude « Health Professionals Follow-up Study » a montré que :

  • pour 1h de musculation par semaine, les risques de développer un diabète de type 2 sont 12% plus faible chez les pratiquants que chez les sédentaires.
  • 25% plus faible pour les pratiquants de 1h à 2h de musculation par semaine.
  • 34% plus faible pour les pratiquants de 2h30 de musculation par semaine.

Enfin, les personnes qui ont effectué plus de 2h30 d’endurance par semaine conjointement à plus de 2h30 de musculation ont vu leur risque diminuer de 59 % !

Paroles de coach

Ce n’est pas la quantité qui prône mais toujours la qualité ! Alors, dans le cas d’un diabète, préfère les séances courtes, productives et avec de beaux mouvements que de longues séances dont tu te lasseras rapidement.

Je te conseille de faire 2 à 3 séances par semaine de minimum 30 minutes, avec en début de séance, un échauffement type cardio.

Aussi, prépare bien tes entraînements et tenant compte de tes conditions physiques et de ton état de santé. En écoutant ton corps, tu limiteras au maximum l’hypoglycémie.

Si tu veux un coup de pouce et le soutien d’un coach, contacte-nous !